Le feu aux fesses

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le feu aux FessesNous avions prévu de passer notre 2ème semaine de vacances dans le Sud de la France. Nous sommes donc allés chez papy et mamie, aux Pennes Mirabeau. Au programme : un rythme cool entrecoupé des siestes : piscine et farniente !

Mercredi, Eric et moi décidons de passer 2 petites heures à Aix en Provence. La petite balade en amoureux avec mistinguette mais sans choubidou – heure de sieste oblige !

En partant, nous recevons un appel de ma belle-maman : ne passez pas par les Pinchinade en rentrant, le quartier est en feu.


Effectivement, dès la sortie de Aix, sur l’autoroute, nous apercevons les flammes. Les vents sont forts et tourbillonnants mais nous observons tranquillement les pompiers faire leur boulot : les Canadairs sont au rendez-vous. En arrivant aux Pennes Mirabeau, Nils et mamie nous accueille sur le palier, ils regardent le balai des Canadairs et hélicoptères. Nous montons même à l’étage pour observer la maîtrise du feu et prendre des photos.

Le Feu aux Fesses - le soleil a du mal a percé sous la fuméeEt puis, tout s’accélère, le vent, la progression du feu, le balai des Canadairs de plus en plus proche de la maison. Ma belle-mère pris de panique nous dit : « le feu est en bas de la rue et dans la pinède, partons ! ». Quelle clairvoyance !!!

IMG_1301Nous prenons le minimum : couches, changes pour les enfants, nos appareils numériques, des bouteilles d’eau et nous embarquons rapidement dans la voiture. Nous voyons un voisin arroser son jardin et sa maison. Je me dis : « mais qu’est ce qu’il fait !!! Ça ne sert à rien ».

Nous sommes suivis par 3 voitures, et devant nous, les flammes barrent la route. Eric hésite et essaye de faire demi tour – nous sommes prisonniers. Les voitures derrière nous n’hésitent pas, elles foncent sur la route pour traverser le brasier. Nous les suivons non sans peur. La chaleur est intense, nous avons peur que les roues éclatent et que le plein d’essence de la voiture explose.

Lorsque nous arrivons de l’autre côté, nous sommes soulagés. Nous rejoignons un groupement de voitures hors de portée de la fumée. Assez vite, nous voyons les camions et voitures de pompiers et policiers affluer. Les voitures montent la route pour évacuer les gens : il était temps !

À leur retour, ils nous disent d’évacuer. Nous ne savons pas où aller. Nous écoutons la radio, nous avons des informations venant de Vitrolles, mais rien sur les Pennes.

Le feu continue sa progression folle. La route à droite est coupée : le feu n’est toujours pas maîtrisé sur Vitrolles. La route à gauche est coupée : le feu vient de couper la route en direction de Marseille. Nous attendons dans la voiture. Nous réussissons à savoir où est la salle d’accueil d’urgence : direction le centre des Pennes Mirabeau. Les flammes nous suivent et commencent à lécher le toit des maisons du vieux village. Je ne me sens pas du tout en sécurité, en arrivant sur le parking, je vois une femme apeurée emmener ses 3 enfants. Tout le monde a peur. Nous sommes dans une cuvette et les feux nous encercle. Les Canadairs ne sont plus dans les airs : c’est la nuit. Cette nuit est chaude, son ciel est rouge et son odeur est âpre.

Le Feu aux fesses - le vieux village des Pennes en FeuLe Maire des Pennes nous accueille, nous rassure : ici, nous sommes en sécurité. Il y a 

à boire, à manger et l’électricité, il y a des lits, des tables et des chaises.


 Nous nous installons. La nuit sera longue. Nous apprenons par un voisin pompier volontaire que les maisons sont sauvées mais les jardins calcinés. Le vent tourbillonnant envoient toujours des flammèches à travers la flore et qu’il n’est pas bon de rentrer chez nous.

 
Nous passons une nuit blanche.

Share.

About Author

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.